La grande tournée 2014. Cliquez pour confirmer votre présence à l'une des neuf rencontres
Nouvelle
2012-02-02 15:48

Régimes complémentaires de retraite La FTQ rencontre le comité d'experts

La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) a rencontré ce matin le comité d’experts mis sur pied par le gouvernement du Québec en décembre dernier, et chargé d’examiner l’avenir des régimes complémentaires de retraite.

La centrale syndicale a remis au comité un mémoire dont l’une des principales conclusions est à l’effet de développer des approches novatrices visant à réduire les risques de financement, et à stabiliser ainsi les cotisations et assurer les rentes de retraite.

«Une chose est claire : les régimes complémentaires de retraite constituent une condition de travail négociée, qui fait partie de la rémunération. Les régimes actuels se sont construits parce que, précisément, les travailleurs et les travailleuses ont renoncé à une partie de leur rémunération pour la confier dans ces régimes. Il s’agit là de droits acquis de bonne foi, et ils doivent être respectés sans condition», a commenté Michel Arsenault, président de la FTQ.

Michel Arsenault souhaite cependant que le gouvernement étende sa réflexion à l’ensemble des régimes de retraite, y compris le Régime de rentes du Québec. «La solution, pour nous, n’est pas de s’attaquer à un régime ou à un autre. Il faut faire en sorte que la population du Québec puisse dans son ensemble vivre une retraite décente. Pour nous, cela veut dire consolider les régimes complémentaires existants, certes, mais aussi se pencher sur les régimes publics.»

C’est la raison pour laquelle la FTQ demande également la mise sur pied d’un comité syndical-patronal-gouvernemental.

En attendant, le dirigeant syndical a assuré les membres du comité mixte que la FTQ était prête à mettre l’épaule à la roue. «Quand je lis que celui qui dirige le comité d’experts, Alban D’Amours, considère que les régimes à prestations déterminées sont "un joyau de nos régimes de retraite" et qu’il faut en assurer la pérennité, ça me conforte, mais on jugera de l’arbre à ses fruits.»

  • Taille du texte : normal
  • Imprimer la page
  • Envoyer