La Grande tournée du SCFP-Québec 2014
Nouvelle
2012-02-16 08:00

Règles de pratique journalistique Les représentants de plus de 1850 journalistes s’entendent sur un modèle

Christine St-Pierre
La ministre Christine St-Pierre Photo archives SCFP
Quatre organisations qui représentent la majorité des journalistes du Québec s’entendent sur une façon de favoriser la diversité et la qualité de l’information. Dans la foulée de la consultation « Pour une information au service de l’intérêt public », tenue d’octobre 2011 à janvier 2012, la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), le Conseil provincial du secteur des communications (CPSC-SCFP), l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) et le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ) se sont réunis pour approfondir leur réflexion quant à la façon de responsabiliser tous les médias sur les plans éthique et déontologique.

Dans une lettre adressée à la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine St-Pierre, le groupe demande qu’elle légifère « pour imposer à tous les médias – peu importe leur statut juridique : indépendant, propriété d’un conglomérat, communautaire, etc. – l’application des mêmes règles déontologiques.»
Les quatre organisations partagent donc l’avis de l’ex-juge John Gomery, président du Conseil de presse, sur le fait que la déontologie relève de la compétence provinciale, que la ministre peut légiférer et qu’une telle loi s’appliquerait à toutes les entreprises médiatiques faisant affaire au Québec. La surveillance d’un code de déontologie unique – déterminé par un comité indépendant – serait confiée au Conseil de presse et des sanctions importantes devraient être prévues pour assurer le respect de la loi.

Ayant constaté, après la consultation de la ministre, qu’il n’y avait pas d’unanimité dans le milieu journalistique quant au statut de journaliste professionnel, les quatre organisations signataires de la lettre se sont concertées pour faire une proposition solide. En obligeant les médias à respecter la déontologie journalistique, le législateur s’adresserait aux vrais décideurs; cette façon de faire faciliterait du même coup une saine pratique du journalisme au Québec, là où la concentration de la presse est l’une des plus fortes au monde.
Les quatre organisations ont invité la ministre à discuter plus amplement du consensus afin de favoriser la mise en place rapide d’un nouveau modèle de régulation des médias.

  • Taille du texte : normal
  • Imprimer la page
  • Envoyer